École inclusive
Créteil
Créteil

Scolarisation des élèves en situation de handicap, intellectuellement précoces, à comportement inadapté

Définition du Handicap auditif
Article mis en ligne le 9 décembre 2014
dernière modification le 31 janvier 2017

par Pascale Derrien
logo imprimer

Définition

La déficience auditive correspond à une perte partielle ou totale de l’ouïe.
Elle correspond à une mauvaise perception ou à une absence de perception de certains sons.
On distingue :

  • « Déficience auditive légère » (perte auditive moyenne comprise entre 20 et 40 db) entraînant une mauvaise perception des mots
  • « Déficience auditive moyenne » (perte auditive moyenne comprise entre 40 et 70 db). Seule la voix forte est comprise. Les prothèses restituent presque l’intégralité du message si l’ambiance sonore n’est pas trop bruyante.
  • « Déficience auditive sévère » (perte auditive entre 70 et 90 db). Les sons sont perçus sans possibilité de les distinguer. La prothèse améliore la distinction des sons mais ne permet pas de restituer tout le message. La lecture labiale est une aide importante.
  • « Déficience auditive profonde » (perte auditive supérieure à 90 db). L’’enfant ne perçoit pas sa propre voix. Sans rééducation précoce, il peut devenir muet. La « langue des signes » est une langue naturelle pour l’enfant sourd profond et peut être développée le plus tôt possible.

De manière générale, la surdité engendre des difficultés, voire l’impossibilité de communiquer à l’oral de façon habituelle.

Notons qu’un élève sourd d’une oreille comprendra normalement la parole mais localisera difficilement les sons et sera gêné en conversation de groupe ou dans une atmosphère bruyante.

 Les répercussions scolaires du handicap auditif et comment les compenser ?

Le simple message oral de l’enseignant est difficilement compréhensible voire impossible à comprendre.
Le passage à l’écrit, l’apprentissage du français et des langues étrangères deviennent des obstacles.

Pour compenser son handicap, l’élève peut s’appuyer sur des aides techniques (prothèse auditive, implant, appareil HF), humaines (rééducation orthophonique, aides à la lecture labiale grâce au langage parlé complété (LPC) recours au mime, apprentissage de la langue des signes ou méthodologiques (appui sur des éléments visuels, traces écrites, aide à la tenue des cahiers) détaillées dans le Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS)

Des dispositions particulières sont également prévues pour les examens au sein du PPS : possibilité de tiers temps supplémentaire, consignes données par écrit, utilisation d’une méthode de communication adaptée au candidat par la présence d’un interprète en langue des signes ou d’un codeur en langue parlée complétée. S’ils rencontrent des difficultés particulières en français et en langue vivante étrangère, les élèves sourds qui en font la demande peuvent être dispensés de langue vivante 2.

Si le jeune est pris en charge tardivement, le retard à rattraper sera plus important, d’où l’importance d’un dépistage précoce.

Les prothèses auditives ne rétablissent pas l’audition mais permettent une récupération de certains sons.

Dans le cas de surdité profonde, le recours à l’implant cochléaire, prothèse implantée chirurgicalement, est parfois choisi par les familles mais demande une longue rééducation. Le succès de l’implant n’est jamais garanti.

Dans le cas d’un projet oraliste, le code LPC, système de configurations de la main près du visage, permet de lever les sosies labiaux et peut être introduit très tôt. L’élève sourd peut également bénéficier de l’accompagnement d’un codeur LPC en classe. L’outil LPC est aussi une aide pour accéder à l’enveloppe sonore des mots en lecture.

La langue des signes est une langue à part entière qui dispose d’une syntaxe et d’une grammaire qui lui sont propres. Elle permet à l’élève sourd de s’exprimer naturellement et avec aisance. Le canal auditif ne fait plus obstacle. Reconnue depuis peu, cette langue est aussi le ciment d’une identité fragile pour la communauté sourde.
L’interprète, l’interface de communication, le professeur de LSF et l’enseignant spécialisé l’utilisent chacun dans leur champ professionnel.
La dactylologie, alphabet manuel, peut être utilisée en complément du langage oral ou de la langue des signes pour épeler des mots nouveaux ou des noms propres.

 Choix du mode de communication et parcours scolaires de l'élève sourd

La loi du 11 février 2005 pose le principe d’un accès de droit à l’éducation dispensée, si possible, dans l’établissement scolaire ordinaire le plus proche du domicile.

Cet accueil s’organise sur la base du PPS qui détaille les actions à mettre en œuvre :

  • en classe ordinaire. Dans ce cas, un AVS (auxiliaire de vie scolaire) peut accompagner l’enfant handicapé dans la classe.

L’accompagnement du Service de Soutien à l’Education Familiale et à la Scolarisation (SSEFS) permet au jeune et à sa famille de bénéficier de l’appui d’une équipe pluridisciplinaire (médecin orl, orthophoniste, psychologue, enseignant spécialisé, interprète, interface, codeur LPC, psychomotricien) spécialisée dans la surdité.

  • en dispositif collectif d’intégration au sein de l’école : Clis (classe pour l’inclusion
    scolaire) ou du collège et du lycée en Unité Localisée pour l’Inclusion Scolaire (Ulis)
  • en établissement médico-social.

Afin d’assurer la continuité entre les niveaux d’enseignement, les Pôles pour l’Accompagnement à la Scolarisation des élèves Sourds (PASS), ont été créés à la rentrée 2010. Ils doivent permettre aux jeunes sourds de suivre un enseignement ordinaire quel que soit le mode de communication choisi.

Le projet linguistique de l’élève sourd revêt une importance particulière. Il peut s’agir d’un projet oral (communication à l’oral avec ou sans code LPC et étude du français oral et écrit) ou d’un projet bilingue (communication de classe en LSF et étude du français dans sa composante écrite à travers les documents écrits, les devoirs, expressions écrites, évaluations…

Les deux langues sont également étudiées pour elles-mêmes). La famille de l’élève sourd choisit le projet linguistique qui lui paraît le plus approprié.


Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2014-2017 © École inclusive
Créteil - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.31
Hébergeur : Rectorat de Créteil > DSI