Scolarisation des élèves en situation de handicap, intellectuellement précoces, à comportement inadapté

Fondation Ellen Poidatz

26 / 05 / 2016 | Pascale Derrien

Fondation à but non lucratif régie par la loi de 1901, la Fondation Ellen Poidatz s’est donnée pour mission de créer et gérer des établissements et services agréés par le Ministère des Affaires Sociales et de la Santé.

Un peu d’histoire

Créée en 1919 par Ellen Poidatz, la future Fondation appelée alors « Colonie de Saint-Fargeau » était constituée d’un seul établissement de rééducation ayant pour vocation de soigner et de scolariser les enfants démunis atteints par la poliomyélite.
Reconnue d’utilité publique en 1922, elle a, depuis, orienté ses actions au profit d’enfants, d’adolescents ou d’adultes présentant des déficiences fonctionnelles.

Le premier centre de ce type créé en France.

Aujourd’hui, à travers les différentes structures sanitaires ou médico-sociales dont elle assure la gestion, sa vocation est triple :
1. Assurer à chacun les accompagnements, les soins et/ou les traitements de rééducation que son état requiert.
2. Pour ceux qui sont en âge scolaire, proposer un enseignement adapté, quelle que soit l’importance de leur handicap grâce à un enseignement modulaire adapté.
3. Favoriser l’accès à la meilleure autonomie possible.

La Fondation propose un enseignement assuré par des professeurs des écoles et des professeurs du secondaire de l’Education Nationale, pour toutes les classes de la maternelle au baccalauréat.

L’organisation des cours permet, sauf périodes de traitement intensif, que la scolarité ne soit pas perturbée par les traitements.

Sept professeurs des écoles spécialisés, dont la directrice pédagogique, assurent les classes de la maternelle au CM2.
Chacun met en place un enseignement modulaire permettant de répondre aux besoins des enfants.

Les classes secondaires, qui constituent une annexe du lycée Jacques-Amyot de Melun, placées sous la responsabilité d’une directrice des études, offrent la possibilité, dès que l’état de santé des enfants le permet, de poursuivre une scolarité pendant le séjour.

Les directrices et professeurs des écoles et du secondaire travaillent en lien direct avec les établissements d’origine et pourront, sur rendez-vous, rencontrer les jeunes ou leur famille chaque fois qu’ils le souhaiteront.