Scolarisation des élèves en situation de handicap, intellectuellement précoces, à comportement inadapté

Dyspraxie

04 / 05 / 2015 | Pascale Derrien

C’est la manifestation d’une difficulté ou d’une impossibilité à automatiser les enchaînements moteurs qui se déclenchent normalement à l’évocation d’un but (par exemple faire ses nœuds de lacets). Cette absence d’automatisation est en relation avec une anomalie de fonctionnement de certains circuits cérébraux. Elle n’est pas due à un manque d’entraînement ou de motivation, ni exclusivement à un trouble déficitaire de l’attention ; elle entraîne lenteur et fatigabilité (et inattention secondaire), pour un résultat fluctuant, jugé décevant par l’enfant dyspraxique lui-même et par l’entourage. Elle empêche l’enfant de prêter de l’attention à une autre tâche en même temps, comme par exemple écouter l’enseignant pendant qu’on écrit.